Qu’est ce que la mosaïculture ?

D’origine assez lointaine, l’Europe n’a connu la mosaïculture qu’en XVI siècle. Elle a été inspirée de la broderie et a connu un très grand succès durant le Second Empire. De plus en plus de jardiniers se sont spécialisés dans cet art vers le milieu du XXe siècle. Depuis la fin de l’année 1990, des concours nationaux et internationaux sont organisés tous les trois ans par le Comité international de mosaïculture. Qu’est-ce que ce nouvel art ? Des éléments de réponses dans cet article.

La mosaïculture : qu’est-ce que c’est en réalité ?

La mosaïculture est une nouvelle forme de décoration florale qui consiste à faire des broderies sur des parterres de fleurs. Les jardiniers mélangent des formes et des couleurs pour créer un tableau végétal, comme un peintre qui peint sur une toile. C’est un hommage que les jardiniers font à la nature. Le mosaïculteur fait intervenir son imagination qu’il combinera avec l’image qu’il devra réaliser. Les parterres figuratifs peuvent représenter des symboles, des blasons, des textes, d’images d’animaux.

Il s’agit d’un véritable art qui a su se développer au fil du temps pour revenir dans les décorations extérieures publiques. Elle fait appel au talent de sculpteur et d’artiste-peintre du jardinier. Elle permet de créer des motifs aux mille couleurs tels une immense mosaïque qui se dresse sur le sol. Certaines œuvres rassemblent plus d’un millier de plantes, qu’il faut les regarder de loin pour mieux contempler leur beauté. Les Canadiens font parti des plus grands amateurs de mosaïculture. Malgré cela, elle commence à gagner la France. La plupart de plus beaux œuvres de mosaïculteurs français se trouvent actuellement dans les jardins publics et les parcs, ainsi que dans les jardins éphémères et les expositions dédiées aux plantes.

Une mise en œuvre très artistique

Le mosaïculteur crée ses œuvres à partir d’une image qui a été réalisée par un artiste. Il travaillera directement sur la terre, à l’endroit désigné par son maître d’œuvre qui est souvent une collectivité ou une commune. Il trace les pourtours du chef-d’œuvre selon l’image qu’il détient directement sur le sol, tout en s’efforçant de créer une véritable harmonie dans son œuvre. Il prend le temps de choisir les compositions florales qu’il utilisera pour la mosaïculture. Cet art est également très pratique pour habiller un mur. Le travail du mosaïculteur est plus compliqué et il a besoin de trouver le bon équilibre pour obtenir le résultat escompté.

Il est également possible de créer un mosaïculture en 3D. Celle-ci a souvent une dimension pharaonique qui se dresse sur le sol pour intimider les passants. Dans ce cas, le jardin utilisera un support en métal rempli de substrat fertile (composé de fibres végétales, d’engrais, de tourbes et d’un peu d’argile). Il y plantera ses fleurs en s’assurant que sa structure est assez solide et bien équilibrée. Les plantes utilisées pour la mosaïculture seront choisies avec soin en fonction de leur couleur et selon les saisons.

Les plantes les plus adaptées à la mosaïculture

Le jardinier mosaïculteur utilise souvent des plantes aux feuillages colorés typiques des décors paysagistes. Elles doivent avoir une résistance aux changements climatiques et faciles à tailler, surtout pour les œuvres en 3D. Le mosaïculteur préconise également les plantes grasses telles que les sédums et les Echevérias, ainsi que les graminées. Il privilégie surtout celles qui ont une croissance lente et faciles à entretenir. Vous pouvez également y trouver des plantes aux feuillages argentés telles que les Chrysanthemum parthenium et des plantes aux feuillages clinquantes comme les Bassia scoparia ou l’Alternanthera ficoida. La composition florale utilise également des plantes fleuries comme les bégonias, les Pétunias, les agératum, les alysses maritimes ou encore les lobélias.

Quelle est la bonne période pour semer du gazon ?
Style de végétation : Les secrets d’une rocaille réussie